Bruxelles : (sur manif No Border, 2/10)

no_border_no_nation

[ SOURCE ]

Récit « d’arrestation administrative » massive et indistincte

pour « trouble à la tranquillité » et retour critique.

Bruxelles, Le 2 octobre 2010, dans la nuit.

1.
Tout d’abord, aucun détail ne sera donné sur ces événements, de nature à compromettre la sécurité de camarades ou compagnons sur le récit des faits (de par leur nature, et leur caractère fantasmé ou réel), et dont la présentation reste dans ce texte purement pratique dans le but de mener un retour critique sur ce qui s’est passé ce soir.
Aucune manifestation n’a réellement eu lieu. Il n’y a donc pas matière à débat sur ce sujet, mais sur ce qui s’est finalement passé, et ce qui aurait pu se passer.
2.
Tout d’abord, ici comme ailleurs, les arrestations préventives, comme à Copenhague, comme ailleurs, redeviennent, partout en Europe, la norme. Le délit d’intention, et les arrestations « en amont de toute violation de la loi » ne sont plus du ressort de la science-fiction mais du présent. Notre présent. Et si les condamnation juridiques tarderons peut-être à se généraliser, les détentions interminables existent déjà, et annoncent ce qui peut être à venir.
Avant la manifestation, plusieurs discussions ont eu lieu, de différentes façons, en se questionnant de savoir si la manifestation serait déclarée, si nous irions, pourquoi et comment ? Pointant d’un moment à l’autre, d’une discussion à une autre, la dangerosité d’une telle manifestation, et le risque de finir toutes et tous arrêtés, car non déclarée et non autorisée dans Bruxelles (certains ignorant même jusqu’au fait qu’elle ait été interdite) dans les circonstances particulières qui sont celles de cette semaine et dans un contexte particulier. Plusieurs d’entre nous, loin de dénier l’évidente nécessité que représente le besoin essentiel et même vital de nous affirmer politiquement sans aucune espèce d’autorisation, ont rappelé que tout n’est pas question que de « bonne volonté », mais aussi de circonstances. La situation belge n’est pas la situation grecque, qui n’est pas la situation italienne, qui n’est pas la situation française ou espagnole. Et décembre 2008 ici n’est pas le printemps 2006 là bas, etc.
Nous devons, tout en préservant intacts notre éthique et nos désirs, savoir faire germer l’anarchie dans des contextes et des configurations différentes.
En clair : nous préoccuper au moins autant de nous-mêmes que le bassin dans lequel nous sommes plongés à tel ou tel moment, en tel ou tel lieu.
Dépasser la simple révolte existentielle.
3.
En définitive, si il ne peut y avoir une mesure, et une prise en compte des paramètres environnementaux, sociaux, physiques, matériels, culturels, ponctuels ou permanents, numériques, idéologiques, stratégiques, politiques et policiers qui définissent notre situation, à tel endroit, à tel instant : nous devons accepter l’idée que nous allons droit dans le mur.
Si rien ne permet de faire en sorte qu’il doive pouvoir exister, dans les limites du bon sens, une position souhaitable entre opportunisme et rigidité abstraite, entre bonne volonté et rationalisme plat. En bref, si nous devons bannir tout pragmatisme en le sacrifiant sur l’autel de l’attachement entêté : alors nous devons nous résigner à penser que nous nous battons contre des moulins, que nous restons sagement là où on nous attend, que nous demeurons en fin de compte sinistrement prévisibles, et que tôt ou tard, nous le payerons cher.
Avec une « monnaie » qui est la seule qui représente réellement quelque chose pour nous : notre liberté, celle de tous les autres, et notre capacité à l’étendre à l’infini.
4.
Pour nombre de camarades et compagnons, il était évident qu’organiser une manifestation en plein Bruxelles, dans un tel contexte, avec un tel dispositif policier était voué à connaître la fin malheureuse qui a été celle d’aujourd’hui. Et nous osons affirmer que cela aurait pu être bien pire, et que nous avons de la chance, si le mot n’est pas ridicule. Mais que cela aurait pu être bien mieux.
Ce pourquoi nous nous y sommes malgré tout rendus. Parce que nous étions déterminés, avec des intentions et des motivations variées, mais aussi et d’abord parce que les mots d’ordre de cette manifestation étaient aussi les nôtres.
Malgré tout. Mais nous avions imaginé aussi que d’autres pourraient êtres capables de ne pas rester accrochés à une idée de départ avec trop d’aveuglement : comme à qui on dit « Il y a de l’orage dehors, la sortie est compromise » qui réponde « non, nous allons sortir ». Malheureusement, ici ou ailleurs, aujourd’hui ou demain : les taules, les commissariats, les hôpitaux psychiatriques, les centres fermés pour mineurs, les centres de rétention et tout le reste seront toujours là demain, et peut-être même après-demain. Et peut-être qu’il sera toujours temps de faire quelque chose sans aller là où il y a le plus « d’orage » : « au mauvais endroit, au mauvais moment ».
5.
Certes, à plusieurs instants, dans plusieurs initiatives différentes, qu’elles proviennent de gens du No Border ou d’ailleurs, ont su répondre et se montrer courageux et déterminés devant la police. Ne jamais plier. Mais celle-ci s’est montrée, pour sa part, comme le précisait l’affichette dans nos cellules, comme un personnel « spécialisé dans la gestion des personnes privées de liberté ». Impassible, imperturbable, sadique, et froidement violente.
Entre autres spectacles navrants d’autorité de pacotille, les prisonniers d’une cellule ont pu par exemple assister à la pitoyable et pathétique démonstration de virilisme en uniforme du gradé Monsieur Van Der Smissen, qui, suivi de ses sous-flics, s’est alors pris au jeu de provoquer chaque prisonnier avec sa matraque sous l’épaule pour voir qui aurait l’audace de lui tenir tête. Le spectacle aurait pu être risible si l’individu n’était pas connu de plusieurs d’entre nous, notamment des manifestations contre les centres de rétention et pour la liberté de circulation totale en faveur des migrants, comme un harangueur de troupes, galvanisant la haine de sa meute, et notoirement connu pour ses petites phrases racistes et autres crachats de misérable chien de garde.
Entre autre situations insupportables : plusieurs individus, et en particulier des femmes qui ont résisté à la manière dont on les traitait (si l’on considère que des insultes sexistes et un traitement « de faveur », humiliant et même aggressif constituent – sans tomber dans le paternalisme observé chez quelques uns des hommes – des violences supplémentaires à celle que constitue, de par le fait même qu’elles existent, une arrestation et une garde à vue) ont reçu des coups, ont été plaquées au sol, baffées avec gants plombés lorsqu’elles l’ouvraient trop, devant les regards médusés et enragés, et sous les huées et les cris de plusieurs d’entre nous, alors en cellules. S’ajoutent également les camarades et compagnons éclatés à coups de genoux, de poings, de clés-de-bras et de gel (sorte de pâte urticante et brûlante) dans le visage, et dans les bus nous menant à nos geôles, dans lesquels nous avons été sommairement jetés.
Bien sûr, mélangés entre passants arrêtés, camarades criant quand d’autres choisissaient de garder un silence de défiance devant toute cette mascarade.
6.
Nous vient alors une question : Tout ça pour quoi ?
L’ultime majorité des arrestations n’a pas été si rondement menée pour seulement nous effrayer ou nous décourager de toute espèce d’action (Monsieur le bourgmestre et toute sa flicaille ne sont pas bêtes au point de croire que cela suffira – sans non plus nier le fait que certaines personnes ont nécessairement vécu, à travers ces violences, une expérience traumatisante.
Les sensibilités et ressentis variant d’un individu à l’autre. Si ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts, ce qui nous tue à petit feu ne nous rend pas plus forts) mais dans un but, lui, tout pragmatique justement; celui de nous photographier et de nous ficher, suivi d’un hypocrite et « courtois » au revoir pour l’essentiel d’entre nous qui ont ensuite été relâchés (même si nous craignons toujours que certaines personnes – en plus d’autres « suspectés » – n’aient toujours pas été relâchés).
Nous ne portons strictement aucun jugement de valeur, ni moral, ni même éthique sur le fait d’avoir voulu tenir cette manifestation. Nous disons seulement : camarades, amis, compagnons, n’oublions pas qu’outre la solidarité et l’attaque, il y a aussi la préservation (comme on dit « prévenir plutôt que guérir »), et le sens, si recherché pour nous de la ruse et de la finesse dans un monde aussi brutal et violent, et qui tend à se perfectionner dans son administration de la misère. N’oublions pas que nos énergies ne sont pas infinies. Que nous ne sommes et ne serons jamais un État (et cela, d’abord parce que nous ne le voulons pas). Que nos ressources, comme nos forces et nos vies sont toujours limitées. Nos relations et notre capacité à construire une propagande efficace aussi.
Mais brisons le mythe selon lequel toute stratégie d’adaptation est mauvaise, et reconnaissons que le rejet inamovible de réactivité et de souplesse dans nos initiatives (multiples, variées, créatives) est une stratégie qui, en plus de ne porter aucune puissance, nous conduira encore dans le mur, et peut-être plus rudement encore.
N’oublions pas que, comme pour la religion, il ne suffit pas de détruire le clocher, parce que les murs sont surtout fait par des gens et pas seulement avec des briques.
Apprenons de nos erreurs, aguerrissons nous des mauvaises expériences,
Et par-dessus tout, en préambule de toute lutte, et en particulier de celles contre tout les enfermements :
Élargissons-nous, multiplions-nous, ne nous laissons pas isoler, surtout ne nous laissons pas enfermer !
Les actions et manifestations contre la machine à expulser continueront !
DESTRUISONS TOUTS LES ENFERMEMENTS !
ABOLISSONS LES FRONTIERES !
LIBERTE DE CIRCULATION TOTALE !
ABANDONS DE TOUTES LES POURSUITES !
Des Anarchistes d’ici et là.

[ SOURCE ]

Posté par charles tatum à 08:05 – Commentaires [0]Rétroliens [0] – Permalien [#]
Tags : ,

Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif – Publié dans : GUERRE SOCIALE – Communauté : ARTICLES INVITES

L’Europe des 27 : Une belle avancée dans le recul.

Déjà 27? Comme le temps passe!

Nous sommes maintenant les seuls (avec la Suède) en passe d’être totalement désintégrés!  (les autres écopent)

Besson sur Fr. int cet après-m’, (nous étions à la Datcha où nous parviennent les zondes radio), a chantonné que Bruxelles « actait » de ce que la fRance n’avait commis aucune faute à l’endroit des Rom’s…voir des immigrés.(sic)



Il a seulement oublié de préciser que l’Europe exigeait dans les 15 jours un rapport circonstancié sur ce que la fRance leur avait foutu comme doigt à leur envers….



En gros: c’est un petit différent concernant le décor des chiottes!


Rom’s, Tziganes, Manouches, Gitans, Sans-Pap….Et demain????

..relais de vapeurs de kérozène!..

.. »..l’enfumage passif à la gauloise et la gitane provoque trainées de gaz visibles de Paris à Bucarest, ainsi, le premier symptôme, yeux levés au ciel et le souffle coupé-court,  n’occasionne aucune perturbation dans la fréquence des vols, en comparatif de la pollution visuelle de ce volcan islandais au nom aussi imprononçable qu’un bled de transsylvanie .. »..extrait d’un rapport d’étude du docteur Sarkzotreloufbessonevidjikozic, publié dans la revue de vulgarisation satirique  » le yaourt bulgare », apériodique à but lucratif prochainement dans les librairies et kiosques duty-free des zone de transit aéroportables de Roumanie vers la Roumanie..

source:..tiens, le lien ne fonctionne pas?……

..deufr…

.http://contrelaxenophobie.files.wordpress.com/2010/08/affich-2.png?w=604&h=854

, , ,

Appel de la voix des Rroms et de Sôs ô sans papiers

In Uncategorized on septembre 28, 2010 at 20:27

PLUS UN CHARTER DE LA HONTE NE DOIT PARTIR!

Rendez vous jeudi 14h terminal 3 Roissy puis 15h terminal 2F.

Les rafles et charters ethniques de Rroms continuent malgré les condamnations unanimes du monde entier et de l’ONU.

LA VOIX DES RROMS ET SôS SOUTIEN ô SANS PAPIERS APPELLENT A STOPPER IMMEDIATEMENT ET PAR TOUS MOYENS CES CHARTERS ETHNIQUES.

Le peuple Rroms ballotté dans cette Europe aux réflexes identitaires et ouvertement xénophobe, est stigmatisé, criminalisé,pourchassé, expulsé de partout ! Un peuple entier discriminé Nous appelons le gouvernement Roumain à réaffirmer son indépendance et son appartenance pleine et entière à l’U.E. sans conditions, comme il l’a fait au dernier sommet de Bruxelles.

LIBRE CIRCULATION ET INSTALLATION, MEME DROITS SOCIAUX ET ACCES AU TRAVAIL POUR TOUS LES RROMS, CITOYENS DE L’U.E.

PLUS UN VOL NE DOIT PARTIR ! Nous ne pouvons assister passivement à ces expulsions ethniques… Le charter du 30 septembre ne partira pas… A qui le prochain tour ?

Art.35 Constitution de l’An I « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

La Voix des Rroms et SôS Soutien ô Sans Papiers, appellent à une très forte mobilisation dans les aéroports et dans toutes les villes.

Rendez vous jeudi 30 septembre à14h terminal 3 Roissy puis 15h terminal 2F

Contacts tel :

La voix des roms : 06 68 10 72 27 sôs soutien ô sans papiers : 06 37 60 80 27

..info gaulée là..http://contrelaxenophobie.wordpress.com/

faites tourner faites tourner!..arrachons les plumes de l’aile des contrôleurs du fiel!..

Communauté : les amis du negatif

Ca prend tournure!

Ça sulfate comme-ci!!!

Joseph GUERDNER, GITAN DE DRAGUIGNAN ;UN ABATTAGE BANALISE

Joseph GUERDNER,

GITAN DE DRAGUIGNAN ;

CHRONIQUE DÉCALÉE

D’UN ABATTAGE BANALISE

____________________________


(Par Joshua du 34, Edith Raff, Stephane Kerfanto,  + les amis du négatif à l’œuvre)
http://www.dailymotion.com/relevance/search/sanseverino/video/x521c2_toi-le-manouche_music

Les réactions qu’on peut lire sur Internet consacrées au meurtre de Joseph Guerdner à Draguignan ont de quoi faire froid dans le dos, un peu comme une balle, une balle tirée cette fois par des internautes pré-formatés  !  Réactions timorées d’un côté, franchement fascisantes de l’autre, on en oublierait presque qu’ils parlent d’un homme !

Il s’agit, ici, bien de meurtre ! « Un des projectiles reçu par Joseph est entré par le dos et est ressorti par la poitrine dans une trajectoire «pratiquement horizontale, avec un angle de 10 degrés» , rapporte un magistrat instructeur se référant aux premiers relevés de la balistique.


-« Le tireur étant à 4 m de hauteur, cela implique que la victime était «semi-fléchie», soit presque couchée à terre.. »

Et le gendarme parle de situation de défense ?

Pas « un enfant de cœur », Joseph ?  Est-il question ici d’instruire pour le juger ? Et les « conneries » d’un type, quel qu’il soit, doivent-elles le mener au peloton d’exécution ?

A cette question non équivoque l’internaucrassie répond:

« oui-oui » et applaudit des deux paluches dans une tonitruance rappelant celle qui accompagnait les condamnés  en place de grèves !


Et elle enfle la rumeur, comme le goût du sang.


Ne faites pas là le procès de Joseph, vous ne pourriez pas le faire, l’Injustice Nationale s’étant chargée de façon anticipée de son cas par l’absurdité d’un système !


Parlons plutôt à ceux qui restent.


Joseph était un de ces gitans sédentarisés, pas mieux ni moins « intégré » que ses frères nomades…


Cette « sédentarisation » aux forceps opérée de longtemps comme une suite logique d’anéantissements successifs  conduisant dans le même temps à l’exode permanent toute une  communauté qui passer d’un nomadisme choisi à un nomadisme subi de plus en plus scindée par une intoxication christianiste visant a en effacer le paganisme des débuts.

Il s’agissait déjà de garantir la soumission d’une mosaïque de peuples nomades réfractaires à toutes les formes connues d’abrutissement et d’asservissement collectifs qu’imposaient les empires qui s’affrontaient, s’élaboraient, se défaisaient aux moyens de guerres et de razzias, de domestications de ces peuples nomades et dérangeants  qui occupaient le vieux  continent jusqu’aux portes de l’Asie convoitée qui constituaient ainsi un rempart humain mobile et fluide de résistances prodigieuses à tous les envahisseurs.

Au terme de siècles de persécutions, il ne subsiste guère que quelques  traces de ces cultures autarciques dont les ciments sublimes  mêlaient hardiment « un sens moral élevé » nous dit l’anthropologue, un goût irréductible pour la liberté, l’observation rigoureuse des faits, mais aussi  le « surnaturel ancestral d’une culture profondément ésotérique, magique, occulte » telle la chiromancie, l’astrologie, le chamanisme, des « sciences orales » telles l’astronomie (ce sont des voyageurs et grands observateurs des étoiles) le fantastique (ce sont de remarquables conteurs et poètes et musiciens).

Ils étaient il y a encore peu les représentants d’une des grandes cultures de la toundra toutes progressivement asphyxiées, transpercées par les divers courants religieux, réduites en miettes sous les coups de boutoirs des affameurs de toutes sortes.

Et en particuliers des Chrétiens qui les colonisèrent jusque dans leurs ferveurs mystiques héritées des cosmogonies trouvant leurs racines multiples depuis les bords de la Méditerranée jusqu’aux confins du Kazakhstan et même au delà en rencontrant les autres peuples nomades de Mongolie, d’Inde  et de Chine.


Il est important de souligner la place que prirent bons nombre de gitans dans la lutte contre les troupes de Franco, souvent aux côtés des anarchistes espagnols et globalement contre les staliniens.

Combattants aussi redoutables qu’infatigables, ils constituèrent un moment important de la résistance.

En dépit de leur foi s’opposant à l’athéisme professé par les anarchistes, c’est aux côtés de ceux-ci, et non de Gamacho, qu’ils combattirent farouchement avec toute la détermination que l’on peut supposer exister chez tous les être ayant eu à subir toutes les formes d’autoritarismes.

Leurs connaissances du combat, leur bravoure, comme  celles  des chevaux et des montagnes, permirent sans aucun doute d’approvisionner les combattants dans les maquis en vivres, en armes et munitions. Important aussi de rappeler le combat mené contre le nazisme et la répression féroce qu’a subi ce peuple, décimé lui aussi dans les camps de concentration.


Ce qui est certain c’est qu’à force d’être jeté de partout , regardé de traviole, de voir « les paysans matois bien de chez nous » se hâter de rentrer leurs poules dès qu’ils aperçoivent l’ombre d’une caravane, de se voir parqués sur des « aires de stationnement des gens du voyage », ces terrains « emplacements municipaux » adossés aux décharges publiques, en bordure de bretelles d’accès aux quatre voies, sans sanitaire, ni aucun aménagement, sans arbre, rien de plaisant associé à l’idée du voyage ni rien de rien, la colère et le rejet ne pouvaient que gronder…


Pour un peu, « les gens du voyage »

seraient marqués au fer,

comme du  bétail…

_________

L’exclusion permanente bientôt retournée, inversée, comme une « gifle digne », ultime bouclier contre le « devenir néant». il y a de quoi délinquer !

C’est là d’ailleurs la seule alternative à l’humiliation institutionnalisée dans laquelle est enfermée toute la communauté des « gens du voyage », bon gré mal gré, c’est souvent qu’il n’y a rien d’autre à faire et que l’honneur même interdit au plus grand nombre d’entre eux de ressembler ne serait-ce qu’un peu à ces « gadjé » qui les mettent à l’index…

La délinquance c’est aussi « l’inéluctable réponse du berger à la bergère », un moment paradoxal de dignité face à une « fatalité extérieure artificielle » inassumable car d’abord imaginée et orchestrée par d’autres trouillards repus , bourgeois, prolos, lumpen, catho, humanistes, fumistes accrochés à leurs certitudes « civilisationnalistes » tels des morpions sur le poil!


Il faudra bien retourner d’une façon ou

d’une autre

les baffes contre les affronts.

__________________________________


Faisons gaffe quand même, amis, les keufs rechargent déjà leurs « guns » !

Les sédentaires ne sont pas mieux lotis, vivant dans des bidonvilles à l’écart de tout, dans des baraques ou immeubles souvent identiques à ceux qu’on attribue – contre monnaie sonnante et trébuchante – aux « étrangers indésirables »a dictature de l’économisme sur le vivant mais pourtant là et tellement corvéables, lesquels ne pouvant plus échapper aux aléas qu’impose la dictature sur tout espace vivant , qui mal nourris, mal soignés dans leurs maladies et leurs blessures allaient de l’insalubrité des bidonvilles ancrés dans la boue aux cités HLM concentrationnaires dont l’accès aujourd’hui serait revendiqué comme la panacée des « droits de l’homme » et de la « dignité laborieuse », avec pour vignette de l’ignominie socialement consentie à l’esclavage salarié ces cartes de séjour iniques, ces carnet de circulation que l’on porte comme on porte « la trique », au sortir du bagne qui sont tout autant de cartes de rationnement, des cartes et attestations au renoncement à toute liberté !

Des aussweiss limités pour tous les humiliés de la Terre !

La sédentarisation –à grands coups de manipulations et de persécutions diverses concourant à diviser  ces peuples entre eux- ne change pas l’esprit de ceux qui les regardent de haut.

Eux dont pourtant le statut sur l’échelle de la misère ne les place guère qu’à un petit échelon de distance à partir duquel ils donneraient volontiers du talon contre « l’autre pauvre » qui le suit : l’étrange étranger…

Ils sont pourtant 96 % a avoir choisi ce mode de vie !

Mais si leurs caravanes ont perdu leurs roues,  même quand ils ont presque rendu les armes à force d’avoir été laminés, éparpillés, persécutés, déportés, gazés, brûlés, vaincus, même après avoir consenti de se conformer à tout ce qui odieusement leur est imposé sans se renier totalement et définitivement, ils traînent avec eux, malgré eux,  la même image déformée nourrie de cette peur qu’éprouvent ceux qui croient détenir un soupçon de « réalité » en vivant à genoux  face à ceux qui de toutes façons n’ont plus pour alternative digne que celle de se servir plutôt que servir


Mais la soumission

dont ils ne veulent d’ailleurs pas,

elle-aussi leur est contestée !

________________

Les trop nombreux membres de cette communauté épuisée, sensibles aux messages tronqués « de l’intégrationnisme, de l’assimilationnisme », les « sédentarisés » l’ont d’ailleurs appris plutôt rudement à leurs dépends .

Ils vivent désormais dans la séparation et sans racines autres que celles des « écartés » ou « renégats »…

(Mais ce n’est pas aussi systématique qu’il pourrait y paraître).


Les « sédentarisés et les « voyageurs » ne se reconnaissent presque plus d’affinités au delà du spectacle qui les suppose  indifférenciés au royaume de l’aliénation.

Divisés dans le spectacle mais  rassemblés dans le séparé.


La conversion quasi homogène au christianisme qui  a achevé de précipiter leur mode de vie dans une pseudo modernité les ayant opposés, divisés et durement exposés  constituait jusqu’à il  y a peu, paradoxalement, les derniers ligaments ou segments de leurs fraternités et de leurs solidarités…

Aujourd’hui c’est la révolte et le refus de la misère  qui forgent les consciences ouvrant d’autres perspectives : en effet, les peuples dits sédentaires sont tous devenus des peuples condamnés à toutes les migrations.

Ce retour de bâton assez ironique est en passe de contribuer à l’élaboration d’une autre weltanschauung du « voyage », des « gens du voyage »….

Pour l’heure cependant, l’affront continue quand ils cherchent un travail et qu’on le leur refuse, qu’ils tendent la main (humiliation terrible entre toutes) et qu’on les rabroue, quand ils demandent « des Droits » comme des Citoyens du Monde et que ceux-ci  leur sont déniés…de même qu’à tous les autres…

Au même titre que certains sont trop bronzés,

eux, sont coupables d’être encore « trop gitans ».

Tandis que les masses bien pensantes

ont déjà peur de le devenir un peu eux mêmes…

____________________________________

Et voilà que ce type, cet esclave appointé, ce larbin  d’un ordre assassin a voulu pour régenter le peu d’alternatives laissées à ceux et celles qui n’ont presque plus rien, et déjà presque plus d’unité sociale , voila que ce bœuf et avec lui tous ceux qui consentent au pire, qui ont troqué la garantie de ne pas mourir de faim contre la certitude de périr d’ennui s’arrogent la légitimité et le Droit d’ôter une vie, de se faire juges et bourreaux d’une histoire compliquée, bien au delà de leurs  facultés intellectuelles et  de toute compréhension !
Au même titre que lui, d’autres éructent derrière leurs claviers, et glaviottent à qui-mieux-mieux de reconnaissance soumise regrettant seulement de n’avoir pû tenir entre leurs mains le flingue vengeur, de n’avoir pas été à sa place !


C’est le retour infâme

du prestige de l’uniforme

et de l’uniformité…

à coups de crosses s’il le faut.

Les valets adorent  donner des coups de crosses et de tonfa !

__________________

D’autres plates réactions s’indignent de cette mort mais, à aucun moment, ne trouvent le courage d’analyser les raisons d’une telle situation,  d’admettre que notre société permet à quelques uns un contrôle total de toute vie humaine, allant jusqu’à un droit de vie et de mort.

La situation à Draguignan ne peut être visible que dans un ensemble qu’on ne veut pas mettre en lumière.

Expliquer, c’est remettre en cause un système en présentant les vraies raisons d’un dysfonctionnement menant à l’absurde pouvoir donné à une minorité sur nos vies à tous au nom du profit, au nom de la dictature des plus riches et du droit qu’ils s’octroient de contrôler l’ensemble de la population mondiale pour s’engraisser encore plus, mais pas seulement: afin de se rassurer sur les fondements non négociables de leur vision autocratique du monde.

La démocratie qu’on nous présente, en nous prouvant par Démos plus Kratos la valeur de l’égalité supposée des citoyens Grecs qu’on veut nous appliquer n’explique jamais ce que citoyenneté voulait dire chez ces mêmes Grecs.

Démosthène, le premier défenseur et père de cette « démocratie » tablait, du haut de l’Agora, sur une société égalitaire comportant 15 % de citoyens responsables, les 85 % restant étant sous la coupe, par l’esclavagisme et le servage, de ces citoyens responsables.

Voilà la vraie valeur de la démocratie grecque qu’on nous applique encore.

Le cas gitan, pour le coup, est emblématique de cette démocratie. Comme pour le reste de la population, notre démocratie n’est formée que d’une minorité de dirigeants régnant sur un servage et un esclavagisme qui taisent leurs noms et disposant d’un pater familias aboli par les textes dits de « la déclaration des droits de l’homme et du citoyen » mais jamais dans les faits.

Il est temps de renverser tout ça !


Pour notre part, et face au décès de Joseph, nous adressons à ses proches toute notre considération chaleureuse et notre sentiment de révolte face à cet acte épouvantablement dégueulasse mais se banalisant comme chacun sait.

Nous adressons par ailleurs aux auteurs des réactions odieuses félicitant le corps de gendarmerie et l’ État complices de cet énième assassinat que rien ne saurait justifier de quelque manière que ce soit de l’assurance indéfectible de tout notre mépris !. »

Joshuadu34

Edith Raff

Stephane.kerfanto

+ Les amis du négatif à l’œuvre

avec le soutien de:

el.sinsé@no-log.org

http://taz.under-globe.net/index.php/post/2008/05/30/Chronique-decalee-dun-abattage-banalise
http://ninfosinter.over-blog.com/article-20014129.html

http://nosotros.incontrolados.over.blog.com


Urgence Roms – Projectionde – » Liberté » par Gatlif – à Grenoble

nosotros.incontrolados
sept 13, 2010 @ 22:50:50 [Edit]

Urgence Roms

– Projection « Liberté »

à Grenoble


___________

Dominique Jégou

(Communiqué à nous autres)

__________________


Projection exceptionnelle du film

de Tony Gatlif, Liberté,

le 14 septembre, jour programmé du prochain charter expulsant des Roms

Tout cet été nous avons vécu à Grenoble et un peu partout en France, une montée inquiétante des amalgames entre délinquance, insécurité et les Roms vivants en France.

Une véritable « chasse » s’est développée provoquant des situations dramatiques :

expulsions, regroupement dans des centres de rétention, obligations à « choisir » entre un retour volontaire ou une notification à quitter le territoire français, organisation de charters….et tout celà continue à l’heure qu’il est.

Ne pouvant rester muets face à cette situation qui provoque et reflète une montée inquiétante du racisme et de la xénophobie, La Cinémathèque de Grenoble, Le Méliès et l’association Antigone organisent une projection exceptionnelle du film de Tony Gatlif, Liberté, avec la présence d’un des acteurs du film, Iljir Selimoski.

Elle aura lieu mardi 14 septembre à 20h 30, Salle Juliet Berto, le jour même où un nouveau vol vers la Roumanie est programmé par les autorités françaises.

Ce film que Tony Gatlif a réalisé en 2009 en écho pardoxalement prémonitoire à ce qui se passe aujourd’hui évoque l’internement des tziganes en France pendant la 2° guerre mondiale, une histoire que très peu de gens connaissent.

Ce film fort est le premier, le seul sur ce sujet à ce jour.

Cette projection à Grenoble en écho au devenu fameux Discours de Grenoble sera suivi d’un débat sur la situation actuelle et permettra de faire connaitre plus précisément l’histoire des Tziganes en France.

Faites tourner, faites tourner!!!

(Steph)

APPEL POUR UNE DENONCIATION COLLECTIVE DE LA NAZIONALITE FRANCAISE

6 28 /08 /2010 08:05

(Et au passage de toutes les autres aussi!)


ON NE VEUT PLUS DE PAPIERS DU TOUT

ENSEMBLE DÉCHIRONS TOUT

...

DRAPEAUX,

CARTES D’IDENTITÉ, CARTES D’ÉLECTEURS,

CARNETS DE "GENS DU VOYAGE",

https://i0.wp.com/www.betapolitique.fr/local/cache-gd2/fbf23ef5e13ab6c238cb87a7b0ba4aa4.jpg

NOUS NE REVENDIQUONS RIEN D’AUTRE

QUE LE PLAISIR DE NUIRE A CE MONDE

ET A SES DÉFENSEURS

!!!

NI FRONTIÈRES NI PATRIES

!!!


Depuis pas mal de temps nous rongions nos dents…

Nos ongles ont poussé, il est temps de les planter dans le visage de l’ennemi…

_________________________

Nous avons à plusieurs reprises et dans moult textes évoqué la possibilité d’une démonstration visant à dénoncer ce culte à la con constituant le fondement  de ces mythes ravageurs que sont les nationalismes, les régionalismes, les communautarismes et l’emprise des Etats ou des religions sur nos vies.



NOUS APPELONS A  TROUBLER

PARTOUT L’ORDRE PUBLIC

___________________


Afin de ne pas tomber dans le rassembléisme revendicationiste nous hésitions quelque peu sur le choix de l’action à entreprendre . le « pied-de-nez » et la pratique de la dérision nous ont semblé de prime abord comme participant du moins mauvais des choix pourvu qu’il soit accompagné d’autres initiatives individuelles ou collectives plus ou moins tapageuses et hardiment relayée dans le temps.


Nous proposons donc un rassemblement « spontané » à l’occasion duquel nous déchirerions , déchiquetterions, rigolerions de tout ce qui nous lie à cette barbarie bureaucratique divisant pour mieux les opposer les gens et les genres entre eux.

Depuis nos précédentes interventions sur ce même thème, nous avons vu des notoriétés du spectacle avancer au micro et sous les caméra qu’elle étaient prêtes à renoncer à la « nationalité fRançaise », de Mimi Matti à Emmanuelle Béart, de Francis Cabrel à Yannick Noah….Trop marrant ça…

Nous sommes bien entendu persuadés de ce qu’aucun d’entre eux ne sera au rencard le moment venu….


Des papiers d’identité, des drapeaux, des cartes d’électeurs, les cartes syndicrades, les cartes de membres d’organisations politicardes seront détruits en public, les débris épars seraient envoyés au Sinistère de l’Intérieur dans un grand sac où pourraient y être mêlés des excréments et autres gracieusetés mérités.


SOYONS DÉLIBÉRÉMENT DÉSHONORANTS .

Ce rassemblement devrait nous permettre de ripailler, boire, trinquer!!!

Musiciens, jongleurs, acrobates, gueulards,transgenres,prolots chômeurs,

récalcitrants à tout, rétifs à l’ordre et aux mérites,

BIENVENUS

!!!

Prévu en Septembre

la date et le lieu de ce rassemblement agressif

des

« Sans Nous »

seront  communiqués ultérieurement

@

_______En leur temps, c’est à dire: A temps______

Contact link

Clic

(A reproduire et diffuser)

FAITES TOURNER, FAITES TOURNER !!!

____________________

Nous ne voudrions pas donner dans cette démesure

qui voudrait circoncrire

les Tziganes, Romani, Manouches

à la seule musique sous appellation contrôlée

devenue ici comme partout

une marchandise

une assimilation

réductrice

une fin

Rien

Qu’attendiez vous donc
???
un reportage misérabiliste de plus
???
Nous vous recommanderions plutôt alors
la lecture savoureuse  de
Panaït Istrati

« La Révolte des Haïdoucks »


Il suffit pour cela de regarder sans complaisance sa propre vie
de comprendre la pauvreté de ce qui et prétendument à notre disposition
dans le désert abondant du réfrigérateur
et l’inanité absolue de la culture
chosifiée

_______________
(Steph)
Avec  la participation active
de
Alain-Serge Clary
______________




Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif – Publié dans : LA NIQUE DES BELLES INSOLENCES – Communauté : FIL ET INFO:RDV DES LUTTES

Roms: L’Âne Sarkoléon se fait des sabots de Mules germaines.

Outre-Rhin la chasse aux Roms fait des émules brunes : la grave Chancrellière emboite les talonnettes  de l’un de ses brillants inspirateurs…

Ceci sans chausse-pied!

La famille Shala est balancée comme un sac de linge sale  sans crier gare!

Cette famille Romanée de l’ex Yougoslavie, du Kosovo, installée depuis 20 ans en RFA, avec quatre mômes nés en Allemagne, avec du boulot, domicile,  et tout (le père était restaurateur) vient d’être expulsée et se retrouve là où elle n’avait pas foutu les pieds depuis vingt piges, on comprend pourquoi…

Les mômes qui (entre 4 et 17 ans) étaient scolarisés et « intégrés » comme il se dit de nos temps ne parlent que le Tedesque (l’allemand), ils ne vivaient pas en caravane sur des « terrains », dans un bidonville, n’étaient même pas « gens du voyage » ne bénéficient pas même d’une réforme récente qui leur accorde pourtant le « Droit du Sol »…

Tiens, j’ten fiche….

Ces « Roms » n’étaient pas des « délinquants » des « anarchistes » des « voleurs de poules ».

Juste des « Roms »!!!

A Istambul c’est tout un quartier historique dit de « La corne d’Or » faisant face au Bosphore, majoritairement habité depuis cinq siècles par des tziganes qui vient d’être rasé…

Les habitants ont été repoussés et socialement atomisés dans des cités hacheloumes-Béton à 50 Km de là sans autre forme de procès ni indemnisation
( Comment indemnise t’on les vies que l’on broie?)…

La Turquie, parait-il, se  devait de faire des « gestes » en prévision de sa candidature à son intégration dans l’Europe….

On voit de quelle nature  sont ces gestes et en même temps la nature politique de cette Europe-là!!!!

Nous pourrions sans problème, de ce même point de vue nous-mêmes plutôt demander l’intégration de l’Europe  à la Turquie, voila qui serait clair! On pourrait nous aussi massacrer des Kurdes et tout ce genre de choses tellement amusantes….

La Hongrie vient elle aussi  de se doter également tout récemment d’un petit arsenal législatif permettant la chasse aux  Roms, aux Tziganes et favorisant en tout la discrimination sociale…La Belgique n’est pas non plus en retard d’une pratique non moins significative!

Qui se demande encore où on va

???

Steph.


http://nosotros.incontrolados.over-blog.com/« les amis du négatif à l’oeuvre ».
http://les-batisseurs-d-abimes.over-blog.com

Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif – Publié dans : SQUATT/SANS PAPIER/EXPULSION – Communauté : les amis du negatif
Jactons-en! A vous de jouer! Cliquez ici!!!

« PAMPERS: DES fRANCAIS DE COUCHES PROTECTRICES !!! » (NEW WAVE)…


(le Droit Hémoglobique)

C’est une Révolution

« DES PETITES FRONCES   BRUNES »

???

Mêmes torchés  et  mouillés


Ils sont faits à sec

comme à coups

de triques

!!!

_____________

François Fillon  ajoute sa main

dans la culotte

sur l’Humidité Nazionale

!!!

________________

Ça sent le hareng et la Marine

!!!

C’est la mariée basse

__________

Fascismus Operandi

C’est aussi

la Peste, la Nausée, le Choléra

Les mains sales et la Risée

!!!

(C’est aussi le retour de la Gauche Molletiste)

N’y a t-il pas de quoi

Guy Moquet

????


(Vienne le temps des cerises)

__________________


Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif – Publié dans : LA NIQUE DES BELLES INSOLENCES – Communauté : les amis du negatif

Un Evèque brâme et rend sa mitre au caniveau:St.Brice est-il voué aux enfertefeux?


-« Elle ne m’avait rien couillé, je l’ai eue à l’œil !!!… »

nous a t-il confié dans un premier temps, entre six hochets et  deux barriques

avant de préciser le fion de sa penchée:

-« Le pinard est devenu vraiment trop dégueu!

Je rends aussi mon Sablier « 


nous a par ailleurs affirmé ce prélat

bourelé de morts.

…..

Fin saoul, il soulagea sa grosse bile dans un bénitier qui trainait là.

_________________




On vous en parle car nous sommes


nous aussi


Très sensibles à l’inhumaine misère

….

(Steph)

Par AZA EL ZYMO – Publié dans : LITTERADURES – Communauté : les amis du negatif