About /Université des vers d’été et des places de glace.

Eva Joly vient de planter un chêne à ND des Landes.Si elle avait planté un pommier elle aurait eu l’air un peu bourde.

Bravo! Cela nous laisse augurer d’une belle opiniâtreté doublée d’une grande patience.

Prochainement en effet on pourra y tailler les bois de justice.

Toutes les pendaisons auront lieu sur place

(Steph)

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. nosotros.incontrolados
    Juil 31, 2010 @ 13:53:00

    Il est de longtemps déjà que la rage de créer ne se sépare plus de celle de détruire.

    – » Et nous voici quelque uns épris du désir d’aimer sans réserve assez passionément pour offrir à l’amour le lit somptueux d’une révolution…. »

    C’est ce que nous écrivait ce poète qui eut dans les années 60/70 du siècle passé, au sein de l’Internationale Situationnniste, de bien belles inspirations….

    C’est le tout d’ une organisation sociale basée sur le développement de la misère et la répartition des contraintes qui est rejeté à un point tel que la destruction de tout ce qui la compose est maintenant universellement admis comme le seul pas de création artistique, philosophique, politique possible puisant dans l’inconnu, le non-prostitué, dans la fin des incessantes répétitions misérables de tous les modèles sociaux de l’aliénation connue.

    Le désir de vivre se découvre de plus en plus perceptiblement le goût de parfums d’aventures à inventer.

    Ne nous y trompons pas, ce n’est ni l’ile de la tentation ni Kho-lantha, ces séquences télévisuelles d’abrutissement collectif destinées à contenir toutes les rages qui y correspondent.

    Ces séries là ne concourant à rien d’autre que de réduire « les désirs autres » à des images insignifiantes, serviles et superposées de « ces misères différées » dont le premier être un peu sensé ne voudrait même pas…

    Alors nous: on ‘en cogne…

    Nous nous employons à créer d’autre espaces de discussions, de débats et d’expérimentation réflexives qui ne seront pas des « alternatives auto-gérées » à ce qui EST mais des éléments de la critique conciliant à la fois la théorie de la pratique critique et la pratique de la critique de la théorie qui ne se séparent pas. Ne se divisent pas, ne se délèguent pas.

    Voici une piste qui sans prétendre être nouvelle s’affirme comme radicalement conjugable au présent.

    (Les amis du négatif à l’œuvre)

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s