Suisse: le Président Tintin en Chine

Suisse: le Président Tintin en Chine.

Que  c’est beau la porcelaine, bon sang! Vous reprendrez bien une tasse de l’eau des beaux lacs helvètes pour  l ‘apéro en de telles circonstance…Et la visite des casernes…

Très joli aussi!

Tiens? Plus du tout  de fabrique de vélo? Dommage, ça vous laissait une magnifique touche très exotiques et inoubliable….Ah oui; il y a toujours des baguettes, même dans les « fast-food »…Ca compense assurément……..Ah oui, les feux d’artifice, et ben  ils sont interdits d’usage dans l’hexagone, surtout les jours de célébration d’un bidule ou d’un machin du genre « 14 Juillet », « 15 Aout », Accueil d’une personnalité d’ État, Victoire militaire dans les ex-colonies de l’Empire tricolore…Que sais-je encore? On achète des cargaisons entière de ce type d’ amuse-gueule, mais c’est pour essayer de refourguer de avions de chasse dont personne ne veut..Des « Rafales » par exemple…

Ah…ça pétarade dur!

Par ici la Monnaie…

Non…non..Non

ni en Yen ni en piastres ou en roupies indiennes…

[Genève sous surveillance] Maudet en a rêvé…

[Genève sous surveillance] Maudet en a rêvé….

Un «Big Brother»  surveillera les Genevois

Le Conseil d’ État vient de déposer un projet de loi visant à coordonner la vidéo-protection dans le canton.

Des caméras vont être installées dans les rues pour lutter contre les infractions.

____________________________________________

Des caméras de surveillance vont fleurir dans les rues de Genève. Le Conseil d’ État dépose un projet de loi visant à coordonner la vidéo-protection dans le canton. Le Parlement est aussi appelé à voter un crédit de 1,9 million de francs pour en financer le système, qui devrait ensuite coûter un million par an.

«Il est temps de dépassionner le débat», a déclaré mardi devant les médias le conseiller d’Etat Pierre Maudet, en charge du Département de la sécurité. Si le parlement le suit, 21 caméras haute définition seront installées dans le quartier des Pâquis, une zone aux multiples facettes, afin de tester l’efficacité du système. Le Grand Conseil prendra connaissance du projet lors de sa prochaine session fin avril, mais il se prononcera ultérieurement.

Les infractions visées seront en particulier les violences contre les personnes et les atteintes au patrimoine, dont les incivilités. Orientables, les caméras seront d’ailleurs équipées d’un dispositif anti-vandalisme. La lutte contre le trafic de stupéfiants n’est concernée que dans une moindre mesure.

La vidéo-protection n’étant efficace qu’avec un traitement humain, comme l’a souligné M.Maudet, une centrale d’observation des images, complémentaire à la Centrale d’engagement, sera créée. Dotée de trois postes occupés par huit personnes qui se relaieront une bonne partie de la journée mais pas 24 heures sur 24, cette centrale aura une vocation proactive.

Efficacité

Ces agents de sécurité, spécialement formés pour assurer un traitement en temps réel, seront munis de murs d’images permettant de suivre jusqu’à 50 caméras par poste. L’objectif du dispositif est d’abord la prévention et la dissuasion, mais aussi la protection et l’aide à l’engagement.

«Nos forces pourront être utilisées de manière plus rationnelle. On saura tout de suite quel genre de patrouille envoyer», relève M.Maudet, qui note que ce projet s’inscrit dans le cadre de la réorganisation des forces de l’ordre et «s’associe parfaitement à la montée en puissance de la police de proximité».

De manière plus classique, les images constitueront également un soutien aux enquêteurs dans l’élucidation d’infractions. Si cette expérience est concluante, elle permettra à terme de gérer l’ensemble d’un dispositif cantonal, avec les communes souhaitant en bénéficier. Un bilan sera réalisé deux ans après la mise en service de la phase-test aux Pâquis, a précisé le magistrat.

Sans tabou

Certaines communes du canton disposent déjà de caméras. Leur usage n’est cependant pas proactif; il ne sert qu’à dissuader et aider à résoudre les infractions. Au Grand-Saconnex par exemple, les dégâts aux bâtiment communaux ont passé de 120’000 francs en 2006, année de l’installation de caméras sur ces immeubles, à 30’000 francs en 2009, a illustré M.Maudet.

«L’heure n’est plus aux clivages idéologiques gauche-droite du début. Les caméras se sont multipliées, dans les trains, les commerces. Les gens s’y sont habitués», a dit Pierre Maudet. Le conseiller d’ État veut dès lors aborder ce projet sans tabou.

Les Genevois ne découvriront ainsi pas les caméras de surveillance avec cette loi, y compris dans le domaine public. Neuf avaient déjà été déployées dans la perspective de l’Euro-foot en 2008, et 25 sont exploitées dans le cadre du contrôle des sites diplomatiques. Il s’agira de les intégrer dans le concept.

Caméras privées

Les nombreuses caméras privées, dans les hôtels, les gares et autres établissements devraient aussi pouvoir être intégrées, a relevé Marc-Antoine Nissile, président des hôteliers genevois. Selon lui, la pose de caméras, notamment dans les lieux touristiques, est une nécessité face aux critiques de villes concurrentes sur le taux de criminalité à Genève.

Se référant à la solution adoptée par Munich, visitée par les autorités genevoises, Pierre Maudet pose la question de la mise en valeur des images issues de caméras privées, qui filment du reste aussi le domaine public. Les autorités bavaroises ont choisi l’option de doter la ville d’un minimum de caméras, mais d’avoir accès en permanence aux près de 5000 caméras privées.

A Genève, le flou existe encore quant à l’accès par la police aux caméras privées, sans compter le problème de compatibilité technique. Le magistrat libéral-radical ne veut s’épargner aucune discussion, pas même celle sur la durée de conservation des images.

Leur presse sécuritaire – 20min.ch (ATS), 09/04/2013 à 14h53

Relayé depuis le Chat Noir Émeutier par Steph.

+

Invitation à Gène pour une  Incitation

à  une Dérive Psycho-Géographique apodicticienne

pour l’exploration cartographiée d’une ville en état de siège de chiotte.

(Steph)

– »…« Quelques poubelles ont brûlé« , a précisé par ailleurs la préfecture… ».
Alors??? C’est dur hein de voir bruler à la fois sa « maison » et ses rejetons…héhéhéhéhéhé!
Pour précisions:
Mr. Poubelle était le Préfet de Paris qui inventa le « container à ordures » qui porte fièrement son nom.
L’avantage symbolique indiscutablement éloquent c’est qu’en cramant une poubelle et son contenu on crame à la fois non moins symboliquement un commissariat et les ordures qui l’habitent….Ça s’appelle aussi « la sublimation ».

 

Y pas de raison de se priver du plaisir que ça procure.
Steph

Le Chat Noir Emeutier

Montigny-en-Gohelle : tensions avec la police après la mort d’un habitant tué au cours de son interpellation

La ville de Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais), dont un habitant est décédé jeudi lors de son interpellation, était le théâtre d’échauffourées entre des résidents et la police. Un appel au calme a été lancé par la préfecture.

Une trentaine de personnes du quartier, de tous âges, faisaient toujours face en fin d’après-midi aux forces de police, cibles de quelques jets de pierres, a confirmé la préfecture du Pas-de-Calais, qui parlait de « tension ». Les autorités, qui estimaient que la situation était sous contrôle, ont tout de même lancé « un appel au calme« . Des vitrines ont été brisées route de Harnes, à proximité de la rue de Lassigny où ont eu lieu les faits.

« Quelques poubelles ont brûlé« , a précisé par ailleurs la préfecture. Le préfet était attendu sur place, dans le quartier de la Plaine, où il devait rencontrer…

View original post 921 mots de plus

[Besançon] Précisions du CAB à propos de la manif antifasciste de ce samedi 23 mars 2013

[Besançon] Précisions du CAB à propos de la manif antifasciste de ce samedi 23 mars 2013.

[Pantin, 93] Deux journaflics dépouillés dans la cité des Courtillières

[Pantin, 93] Deux journaflics dépouillés dans la cité des Courtillières.

Les « spécialistes des affaires sociales » se perdent en conjectures sur l’exemplarité radicale et majeure d’un tel acte réputé rare.

Dans les anus/annales des sciences sociales un précédent consigné en brèves dans un des bulletins de l’Internationale Situationniste avait durablement marqué les esprits.

Un type  dénommé Lionel Burger  était accoudé au comptoir d’un bistrot.

Sans paraitre excessivement saoul il présentait néanmoins toutes les caractéristique du mec dont le moral était dans le bas des chaussettes.

Il se voit alors abordé par un quidam lambda, normal,  et d’allure avenante.

Ce dernier l’incite à lui causer des tracas semblant perturber le jeune homme. Pour se faire il lui offre à boire.

Il se trouve que dans le cours de la conversation le « bienveillant-bienfaiteur » se révèlera être un curé en civil.

Le jeune homme dont il est question ne fit alors ni une ni deux et égorgea stricto sensu son interlocuteur.
Rapidement arrêté par les flics il déclarera qu’il avait été abusé par un curé déguisé en « Mr. Toutlemonde » et qu’un tel « abus de confiance » ne saurait rester impuni.

L’émoi fut grand chez  les ethnologues, les sociologues, les éducateurs, les journalistes, les flics; Il l’est encore aujourd’hui.

Quand bien même certains transgressent encore, ainsi que nous le pouvons observer ici, certaines règles de prudence élémentaires; il demeure heureusement  un certain sens de l’éthique de nature à décourager bien des missionnaires!

Bien fait!!!

Steph.

[Crève la taule à travers le monde] Gestes et actions contre les prisons lors de la nuit de la St-Sylvestre (2)

[Crève la taule à travers le monde] Gestes et actions contre les prisons lors de la nuit de la St-Sylvestre (2).

[Ne restons pas isolé.e.s face la machine judiciaire] Face au chantage… ( Vive la solidarité ! )

[Ne restons pas isolé.e.s face la machine judiciaire] Face au chantage… ( Vive la solidarité ! ).

Previous Older Entries