[BORDEAUX] Affiches et pochoir anti-répression – 25 décembre 2011

[BORDEAUX] Affiches et pochoir anti-répression – 25 décembre 2011.

LA BARRICADE

Après la quasi disparition de notre zeppelin préféré (même si un numéro est prévu pour décembre), nous étions, journalistiquement parlant, un peu en deuil. Mais voilà une nouveauté mensuelle, dont le nom, déjà nous met l’eau à la bouche : « La Barricade » (en rapport avec, vous vous en doutez, les barricades des révolutions, et rien que ça, ça met l’eau à la bouche) !

 

Le premier numéro est en kiosque depuis le 2 novembre, et regroupe, entre autres, Jiho, Frémion, Vaneighem, Bauer, etc, etc… Que des noms qui attirent l’oeil, non ?

Des articles interessants, de vrais morceaux de critique dedans, et un manifeste que je vous livre après, histoire de vous donner envie, comme moi, d’y jeter un oeil…

Bon, c’est 3,50 euros, mais c’est une fois par mois (enfin, j’espère), alors ne laissons pas cette nouvelle pépite crever !

Allez, juste pour l’envie, le manifeste :

« le manifeste Barricade

1 – L’être humain est sur terre pour jouir. Pour vivre pleinement, heureux, amoureux, souriant, fraternel, curieux, passionné, ren compagnie de ses semblables.

2 – L’amour, la sexualité, le plaisir, l’amitié, la connaissance, l’échange sont au coeur de ce plaisir de vivre.

3 – Tous les moyens pour parvenir au bonheur et accéder aux plaisirs de la vie sont légitimes dès lors qu’ils ne font pas obstacle à cette accession pour les autres membres du genre humain. Les êtres humains ne s’organisent collectivement que dans ce but.

4 – Tout ce (personnes, institutions, entreprises, états, polices, armées, juges aux ordres, religions, idéologies, bêtise, médiocrité volontaire, familles, patries, économie non solidaire, salariat, frontières, pouvoirs divers, etc) qui contrarie, entrave, perturbe, interdit, censure, efface, détourne, élimine cette accession aux plaisirs et au bonheur est ennemi du genre humain dans son entier. A ce titre il doit être combattu et mis hors d’état de nuire.

5 – Le savoir, l’art, la sexualité, le verbe, la tendresse, le don, le jeu, la découverte de l’autre, le rire, l’égalité des droits et toutes les formes de libertés individuelle et collective sont les seuls outils aptes à permettre au plus grand nombre d’accéder à ce bonheur commun.

6 – Les êtres humains s’organisent entre eux selon leur commune volonté, uniquement dans le but ci-dessus. Tant au niveau local que global, seules les formes d’organisation qui poursuivent ce but sont légitimes, les autres, mêmes en apparence acceptables, sont illégitimes. Ceux qui les maintiennent ou les entretiennent ne sauraient eux-mêmes être légitimement aux places qu’ils occupent, même s’ils y ont été élus dans des formes légales.

7 – Les êtres humains libres ne sauraient considérer les formes d’organisation actuelles et ceux qui les portent comme le reflet de leurs désirs. Ils ne peuvent que souhaiter leur disparition. Ils refusent de voir dans l’effondrement des pseudo-démocraties un drame plus grave que celui des dictatures déjà renversées ou à venir. A fortiori, l’effondrement de leurs systèmes économiques, bancaires, institutionnels ou idéologiques sont plutôt de bonnes nouvelles.

8 – Participer à ces effondrements, à leur accélération et à leur achèvement est l’une des sources récentes du plaisir commun.

9 – Participer à la mise en place progressive d’un monde nouveau, consacré aux plaisirs et au bonheur commun, comme une marée qui peu à peu recouvre le sable du vieux monde, est une autre source récente du plaisir commun.

10 – En attendant l’achèvement de cette mutation, repérer, répertorier, divulguer, rencontrer, fraterniser et participer avec passion à toute initiative en cours visant ces buts, ou leurs esquisses, est une source partielle, mais présente et réjouissante, de ce plaisir commun.

Barricade se propose d’entreprendre tout cela aux côtés de ses lecteurs. Et de ceux qui vont le devenir. »

Il existe aussi un site avec de vrais extraits ICI

Constitution du groupe de discussions et d’expérimentations « nosotros.incontrolados »….

nosotros.incontrolados

Public Group active

Avoir pour buts la vérité pratique.

La vérité est ce qui s’inscrit en négatif des apparences. Elle est ludique et adepte du célèbre jeu dit  « des claques dans la tronche » et aussi se veut contribuer à soutenir tout ce qui constitue la cheville ouvrière de toutes les belles insolences possibles présentes passées et à venir contre l’Ordre existant et toutes les sottises du même acabit…

Outre la pratique et l’enseignement du plus beaux des jeux: -« le combat des rues », sont hissés au rang d’outils de base quelques pratiques littéraires, poétiques ou urbaines rageuses esthétiques et ravageantes.

Afin de mieux y inciter joyeusement,  les nosotros sont particulièrement favorables à la construction des situations telles que définies dans les orientations pratiques de l’Internationale Situationniste. à promouvoir la Grève Générale  en faveur du RIEN.

Les  Nosotros.incontrolados constituent le regroupement informel plus ou moins anonyme et aléatoire de personnes ayant rompu radicalement avec toute organisation politicienne, politicrade tendant à soutenir des pouvoirs en place ou encore certains à s’y substituer au bénéfice de la continuité de tout ce qui existe basé sur l’immensité de la bêtise arriviste, sur l’exploitation de la misère et la répartition des contraintes.

Il s’entend donc que les nosotros ne soutiennent, ni ne soutiendront d’élections locales, régionales ou nationales.

Ni même rien ayant trait aux traces de pneus qu’est le Spectacle de la culture y compris dans toutes les formes de la contestation moderne qui surtout ne conteste plus rien.

Aucune “manifestation artistique Littéraire, Philosophique, Politicrade » reconnue en tant que telle, happening par exemple ou encore appareils de pouvoir, soutenue par des gens reconnus comme “spécialistes des expressions artistiques professionnelles, et auto-promotionnelles mercantiles”, syndicralistes victorieuses dans “le séparé” ne sauraient donc rencontrer une quelconque estime de notre part .

Dans certains cas elles pourraient même être combattues, tournées en dérision, ridiculisées pratiquement, surtout pour nous divertir un peu, et peut-être même permettre de laisser surgir au jour ce qui veut mordre et  rugir.

Un “membre” qui s’égarerait dans les voies absurdes du putanat intellectuel, politique et artistique » « s’amputerait » ainsi  de facto de sa qualité “d’Incontrolados” et même d’amiE de « nous autres »

Welcome to others

Quelques unEs

l »adresse:

http://www.faicmfsf.org/groups/nosotros-oncontrolados/

ZELIUM: Rectificatif à tiffes:Une pause de la publication s’imposeRAIT… NUÂÂÂNCESSSSSSSS!!!! .

LAST NIOUZES FRAICHES DU ZEPPELIN:

C’est une histoire de raisins secs et de mimosas et

Etienne Liebig l’a annoncé poétriquement :

Zélium ne peut sortir son n°7 en septembre pour raisons économiques.

Voici ce qu’il en est au sujet des ventes en France métropolitaine (les ventes à l’export sont plus longues à arriver – sans doute une question de décalage horaire – et restent de faible ampleur) :

Numéros Exemplaires distribués Ventes Taux de vente
1 66176 10014 15,1%
2 45925 8399 18,5%
3 45483 6617 14,5%
4 41578 5895 14,2%
5 36369 5730 15,7%
6 36602 vous ?

Les ventes du journal n’ont pas décollé, elles ont même perdu de l’altitude. Que les ventes aient progressivement baissé est logique car nous avons réduit la voilure du journal de numéro en numéro, en diminuant le nombre d’exemplaires et en optimisant la distribution. Mais l’impact sur le taux de vente n’a pas été suffisant.

Maintenant, voyons comment cela se traduit sur le plan financier :

Numéros Frais d’impression Règlements perçus (MLP) Solde
1 10 000 € 8352,26 € – 1647,74 €
2 7873,18 € 10997,06 € + 3123,88 €
3 6569,88 € 5020,41 € – 1549,47 €
4 6220,21 € 4209,30 € – 2010,91 €
5 5783,12 € 4000 € (en cours) – 1800 € (en cours)
6 5783,12 € en cours

Ce sont les derniers chiffres reçus, datés du 26 août. Sur les cinq premiers numéros papier, Zélium accuse donc un déficit d’environ 4000 euros.

Ce n’est pas énorme en soi, mais c’est beaucoup trop quand on crée un journal sans un rond.

Fort heureusement, la vente des premiers numéros et des t-shirts de soutien via la boutique en ligne, ainsi que les quelques dons reçus absorbent les frais annexes (hébergement Internet, envois postaux…) et épongent tout juste le déficit du journal papier jusqu’au n°5. Ouf, mais l’équilibre est aussi précaire que dangereux dans l’attente des résultats du n°6 (que nous aurons courant octobre), car en terme de trésorerie, les ventes n’ont pas permis de se constituer un coussin de sécurité, histoire d’assurer un numéro d’avance en cas de gros pépin.

C’est donc l’occasion de remercier chaleureusement nos lecteurs qui achètent le journal chez les kiosquiers, et qui nous encouragent et nous soutiennent par leurs dons et leurs achats sur la boutique : toutes les pierres que vous apportez aident crucialement le journal.

Cela signifie aussi que ces six premiers numéros de Zélium ont été l’œuvre d’un formidable travail collectif et bénévole.

Nous peinons sérieusement à payer nos frais d’impression, il est donc impossible d’avoir des salariés et de rémunérer les journalistes, chroniqueurs et dessinateurs qui donnent vie aux pages que vous feuilletez.

Le bénévolat n’est pas une fin en soi, et cette précarité, qui concerne malheureusement bon nombre de titres de presse indépendants, est sévère au vu de la générosité des efforts fournis par tous et de vos messages souvent sympathiques, parfois grincheux, quant à la qualité croissante du journal.

Pour faire simple, le « taux de vente » est le chiffre clé en terme de viabilité économique : si Zélium atteignait 20%, ses participants pourraient être indemnisés selon notre tableau de répartition des rémunérations, si Zélium atteignait 25%, il pourrait même créer de l’emploi. A quelques centaines d’exemplaires près, nous y étions.

Le projet Zélium avait annoncé trois valeurs fondatrices : la sincérité, l’intégrité et la transparence.

C’est pourquoi nous communiquons les informations financières que nous avons en notre possession à l’intention de nos lecteurs en priorité, mais aussi auprès du public au sens large. C’est une démarche peu courante, il parait que cela ne se fait pas, mais on s’en fout un peu, que cela ne se fasse pas. L’important est d’expliquer pourquoi le journal ne peut enchaîner sur un n°7 à la mi-septembre.

D’ici là, notre n°6 été 2011 est en vente. C’est pour cela qu’il y a un « vous ? » dans le premier tableau.

Alors si vous ne l’avez pas encore, courrez l’acheter chez votre kiosquier ! Si vous l’avez déjà, offrez-le !

Les premiers numéros du journal sont également en vente sur la boutique en ligne, tout comme les t-shirts de soutien. Nous comptons sur vous.

Et si vous prenez le train en marche, offrez-vous la collection des six premiers numéros. Ou offrez-la à vos copains, ça marche aussi…

Enfin, une excellente conclusion a été faite par le dessinateur Flavien sur son blog : « Il semble que pour qu’un journal satirique marche et réunisse un lectorat suffisant, aujourd’hui, il doit être:
– purement militant de gôche. Ce que Zélium n’était heureusement pas.
– représenté par des « stars » du milieu journalistique, militant, etc. Ce que Zélium n’était pas.
– aidé par le milieu de la presse, et particulièrement satirique. Solidarité dont Zélium n’a pas bénéficié.
D’autres facteurs rentrent en jeu (pas Besancenot héhé), mais j’ai l’impression que ce sont les trois plus importants. »

Au jour d’aujourd’hui, nous ne pouvons pas formellement affirmer que Zélium est mort. Mais il est contraint d’hiberner.
Pour combien de temps ? Cela dépendra des résultats des ventes du n°6 actuellement en kiosque, ainsi que de vos dons et de vos soutiens via la boutique en ligne.

Decressac Zelium ReprendreDesForces

_______________________________________________

Honni soit qui mal y pense…Fluctuat nec mergitur et tutti quanti….
Bon, soit…mais là cépapareil…

Donc y aura un N° fantôôôôme, le N°7, Très, très bien ça. Hyper collector; on le veut, d’ailleurs il se rédige ici même: en comm’….Bien.
Nous allons rassurer nos potos et les vôtres qui passent par chez nous trinquer en relayant ce qui précède avec les jolis tableaux surréalistes supposément éloquents au moins pour celles et ceuses jactant la langue polymorphe des graphiques en cages…

Pour nous autres, un N°8 nous conviendrait encore assez, et avec les trois zorros qu’on économisera sur l’achat d’un « Fakir » bouffant ses clous par la racine et la boue on se paiera, comme d’hab’ une bonne bouffée de ZELIUM sniffée directos chez le kiosquier du coinstaud qui fait rire et réfléchir.

C »est un costaud qui a une bonne descente au trocson d’à côté qui a encore un vrai comptoir en zing et même du petit Chablis de derrière les fagots

Bien amicalement.

Steph et les autres potos de N.I
Commentaire n°2 posté par nosotros.incontrolados chez ZELIUM Aujourd’hui à 17h31

Zélium, c’est fini. Pfffffffffttttttttt………….Merde alors!!!

https://i2.wp.com/img.over-blog.com/400x178/2/67/24/81/Logo_Zelium_Blog_650x290.jpg

« Raisins secs et mimosas !

 

Un journal qui meurt, c’est un peu comme les raisins secs qui restent collés sur les poils du cul quand on fait caca dans la nature et que l’on se torche avec des feuilles de mimosa.

On se dit, le format était-il trop petit ? la couleur était-elle trop jaune ? Est-ce la saison du mimosa ? Quand on s’est bien questionné sur la forme, on s’interroge sur le fond :

Était-ce trop liquide ?, Y avait-il trop de matière ? Était-ce trop dur ? Y suis je bien allé assez fort ?

On trouve toutes les réponses du monde et l’on se dit que la prochaine fois on ira dans de beaux chiottes tout blancs avec du papier de soie et du savon à cul même si ça doit pas faire plaisir aux amoureux de la nature.

N’empêche qu’en attendant, on a cette curieuse et déplaisante sensation d’avoir un truc collé qui gêne et que l’on aimerait bien y mettre les doigts mais que ça se fait pas !

Alors bien sûr les copains et les copines affluent pour donner leur avis :

-Prends une douche anale.

-Fais toi lécher le fion.

-Va voir un psy.

-Rejoins le combat des pécheurs de crevettes.

-Non au nucléaire.

Un jour, il faudra qu’un philosophe nous apporte son éclairage sur les raisins secs collés aux poils du cul.

Un philosophe engagé, n’hésitant pas à se positionner sur le théâtre des opérations, un philosophe tenant bien haut, perché sur un doigt vengeur et pénétrant, un rouleau de PQ rose, parfumé à l’Eucalyptus, un philosophe qui nous expliquera que plus un journal ressemble à du papier chiotte, plus il a des chances de se vendre au plus grand nombre.

Que nous autres, avec notre Zélium, ressemblant à s’y méprendre à une feuille de mimosa arraché à sa tige par un jour de bourrasque, nous n’avions aucune chance de torcher correctement ces trous de balle qui dégueulent leur haine de l’humanité.

Nous autres, nous offrions des fleurs jaunes en grappe, des dirigeables indirigeables, des bouquets d’amoureuses aux cœurs carmins, des mecs à la bite vengeresse qui acculent des politiques, des filles clitoridiennement incorrectes enchattant d’incorrigibles machistes.

Nous autres, nous rigolions de la mort, de la tremblante du mouton, de la faillite des bourses, de la mémoire des vieilles, de la queue pendante des patrons, du cancer qui nous rongera tous et mêmes des potes qui crèvent sous les litres de jaja et les volutes de tabac.

Nos lectrices voyaient des matins blêmes et des levés de soleil mirifiques, là où les autres ne voient qu’une affreuse nuit de cauchemars.

Nos lecteurs voyaient de beaux combats contre tous les pouvoirs et des piques ensanglantés là où les autres ne voient que des mots enchaînés aux plumes des impuissants. Et nous rêvions ensembles et cela nous suffit.

Enfin de compte, nous ne regrettons pas ce mimosa trop jeune, trop jaune, trop pur, trop petit, trop fin.

Nous ne regrettons pas le voyage en rêverie et moins encore l’impossible utopie même si, on a cette curieuse et déplaisante sensation d’avoir un truc collé aux poils du cul. »

Etienne Liebig

Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif Publié dans : Nos publicités sont plus belles que les « leurres ». Communauté : les amis du negatif

Par AZA EL ZYMO & les Encyclopédistes du Chaos – Publié dans : TERRITOIRES AUTONOMES &ZYMOTECHNIQUES – Communauté : les amis du negatif

Benoit XVI: Hommage aux milliers de Madrilènes qui ne veulent pas s’en laisser « Papauter ».

Des milliers de Madrilènes ont hier décidé de tanner un peu le cuir aux calotins des JMJ, et dans la foulée d’exprimer toute l’estime dans laquelle il tiennent le « souverain poncif ».

bonodoi//Deufr//

Des millions d’Euro ont été dépensés pour accueillir la pré-dépouille de sa Haute Sénilité

Les espagnols et autres résidents du pays déjà contraints de se serrer la ceinture tels des ascètes sans assiette ne l’entendirent pas de cette oreille et l’ont crié bien fort. L’idée de cette bonne leçon à donner ayant mené bon train au delà des frontières mêmes, quelques ressortissants de l’hexagone s’étaient joints aux prometteuses festivités.
Des hordes de keufs bien entendu étaient dépêchées sur place pour protéger la très sainte jeunesse  rumuglesse de bénitiers et bouffeuse d’hosties des joyeux iconoclastes.

Mal leur en prit: on relèvera dans leurs rangs casqués un bon nombre de blessés //pourront toujours aller se faire soigner à Lourdes!//.

Les madrilènes ne s’en tinrent pas là et à la faveur de la confusion occasionnée par les gaz lacrymo, les diverses fumées, certains prirent les JMJ à revers de soutanes   ou de  shorts à de Scouts et leur infligèrent quelques bonnes paires de claques assorties de quelques autres bons coups de pieds au cul. Quelle jolie raclée!!!

Quelques vitrines, abris-bus et murs de la ville portent encore les traces de ce jeu des rues.

// Olé! //

La descente au fion de la mine0004

Ceci méritait d’être salué avec l’enthousiasme qui convenait.

Dont acte.

Steph.

Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif Publié dans : LA NIQUE DES BELLES INSOLENCES Communauté : les amis du negatif

De Gaulle était-il donc à ce point l’Homme au « Label-de-chambre » après DSK?

Samedi 18 juin 2011

18 juin 2011

Réhabiliter de Gaulle ? Plutôt crever

Allez, encore un 18 juin et son cortège d’hommages au Grand Homme, de l’extrême droite à la presque-extrême gauche.

Français,

encore un 

ZOBFORT

pour être tous gaullistes.

_______________________

Toute la racaille des politicards et des plumitifs

n’a de cesse de s’aligner sur le Gaullisme

comme on se rut en cloches 

sur un God-à-piles

________

De Gaulle était-il donc à ce point une « Belle en chambre »?

__

-Steph-

___________


-Steph-


la chienlit c'est lui

La chienlit c'est lui!

« Charles de Gaulle était un poète et un homme de goût. » [Régis Debray]

Il le cachait bien, sous sa quadruple condition de militaire, de patriote, de chrétien et de vieil imbécile raciste et bigot [merci à Guy-Ernest pour l’inusable formule]

Pour preuve, quelques propos d’il n’y a pas si longtemps :

-« …C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns.  Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France . Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants.

Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau.

Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées… » Ch.DG.

Charles de Gaulle (5 mars 1959)
Cité par Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Gallimard, 2000

[merci à Zec , dont je reste le fidèle lecteur]

Posté par charles tatum à 13:30 – Commentaires [0]Rétroliens [0] – Permalien [#]
Tags : , , ,

Par Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif Publié dans : GUERRE SOCIALE Communauté : les amis du negatif
Jactons-en! A vous de jouer! Cliquez ici!!!

Previous Older Entries