C’est un récital ce matin?

La mort (LéoFérré)...http://www.youtube.com/watch?v=ebeibrd0J58&feature=player_detailpage

Pour mon amie Gène et aussi pour ma chère et flamboyante complice d’amour et de poésie du Pont des Arts, Eva:

http://www.youtube.com/watch?v=rynZ2LRpAyo&feature=player_detailpage

La mer….

« J’aime la Russie mais j’exècre Poutine… »(?)

Lire la bible en prison est une calamité de plus…

Ce barreau invisible mais saignant.

Est-ce là du Rap out times?

Steph

MIAM !

Rubrique j’me met à table (non, non, on va pas parler garde à vue, ni même police)…

 

Aujourd’hui, l’omelette aux cèpes !

 

Pour une BONNE omelette, il vous faut :

– un bon panier

– des brodequins confortables

– un couteau si possible curve

– de vieux vêtements qui ne craignent ni la boue, ni les ronces un coin chênut qu’on a pas voulu vous dire ou qu’c’est mais que, pas con, vous connaissez quand même

– un GPS pour les moins portés sur l’orientation (bien qu’il suffit de savoir que la mousse pousse AU NORD, et, non seulement vous avez l’heure, mais, de plus, vous savez que fô aller au sud pour retrouver cette putain de bagnole de merde)

– et des oeufs, quand même…

 

Vous commencez par enfiler vos vieux vêtements, un par un, juxtaposant les couches selon le temps qu’il fait, et la pluviométrie externe. Ensuite, vous passez vos brodequins en portant une attention particulière au confort, puisque, entre la recherche des champipis, des champignons, et celle de la voiture qui suivra, vous aurez à parcourir de nombreux kilomètres à pieds, que vous auriez plus vite fait, d’ailleurs, d’y aller, à pied !

 

Vous saupoudrez d’une bonne couche de courage et placez, au fond du panier, le saucisson et la bouteille de rouge qui vous accompagnerons pour la journée.

 

Attention, le tire-bouchon est indispensable, faute de quoi vous aurez une journée pluvieuse, pourrie, et sans aucun champipi, sans aucun champignon puisque, quand une merde arrive, elles s’enchaînent toutes, donc pas tenter le diable !

 

Panier en main, vous enfournez dans la 4L (ou tout autre véhicule, thermostat start en première, mais seule la 4L et la 2CV vous procurerons le doux balancement d’une balade en mer sur les chemins de terre), et prenez la direction du coin secret de tous, sauf d’une bonne centaines de personnes.

 

Là, il convient de faire le sanglier, comme dit un ami, c’est à dire de crapahuter dans les ronciers (sans grogner, quand même, c’est la saison de la chasse, on sait jamais) !

 

Au premier cèpe, arroser le tout d’une gorgée d’un bon cru, histoire d’arroser ça et d’attirer la chance.

 

Ayez bien pris soin, avant votre ballade, de consulter votre manuel du parfait cueilleur, s’agirait pas de passer à côté d’une girolle, d’un pied de mouton ou autres merveilles en se demandant si le rouge à poids blanc dans le fond du panier, s’il est joli, est vraiment comestible…

 

Si, coup de chance, vous débouchez dans un pré dans lequel paissent quelques vaches, surtout si le temps est humide, ne faites pas immédiatement demi-tour pour vous réfugier sous les branches, seules attrayantes couvertures à bolets et cèpes, mais prenez le temps, sait-on jamais, de chercher le téton du psilocybe… La réussite de votre soirée entre amis est à ce prix !

 

Attention ! Avant la nuit, prévoyez le temps de retrouver votre véhicule, même si c’est pas une 4L, ce serait con de pas l’avoir fait avant de plus rien y voir !

 

En rentrant, n’oubliez pas d’éplucher votre récolte, de la couper en lamelles, et de la jeter dans une poëlle chaude avec un peu d’huile, puis, quand les champipis, champignons commencent à frémir, de verser quelques oeufs préalablement battus (les pauvres), avec sel, poivre et ciboulette s’il le faut.

 

Quand c’est cuit, servez et régalez-vous, avec une autre bouteille de rouge, bien entendu !

 

Quand aux champis des champs, une petite recette sympa, pour les pas pressés, une bonne centaine dans une bouteille de rhum, et, après un bon mois (en fait, d’après le chilien qui m’a transmis le truc, fô 40 jours), on peut boire la décoction… Et ça fait « spaf » !

 

Josh

Constitution du groupe de discussions et d’expérimentations « nosotros.incontrolados »….

nosotros.incontrolados

Public Group active

Avoir pour buts la vérité pratique.

La vérité est ce qui s’inscrit en négatif des apparences. Elle est ludique et adepte du célèbre jeu dit  « des claques dans la tronche » et aussi se veut contribuer à soutenir tout ce qui constitue la cheville ouvrière de toutes les belles insolences possibles présentes passées et à venir contre l’Ordre existant et toutes les sottises du même acabit…

Outre la pratique et l’enseignement du plus beaux des jeux: -« le combat des rues », sont hissés au rang d’outils de base quelques pratiques littéraires, poétiques ou urbaines rageuses esthétiques et ravageantes.

Afin de mieux y inciter joyeusement,  les nosotros sont particulièrement favorables à la construction des situations telles que définies dans les orientations pratiques de l’Internationale Situationniste. à promouvoir la Grève Générale  en faveur du RIEN.

Les  Nosotros.incontrolados constituent le regroupement informel plus ou moins anonyme et aléatoire de personnes ayant rompu radicalement avec toute organisation politicienne, politicrade tendant à soutenir des pouvoirs en place ou encore certains à s’y substituer au bénéfice de la continuité de tout ce qui existe basé sur l’immensité de la bêtise arriviste, sur l’exploitation de la misère et la répartition des contraintes.

Il s’entend donc que les nosotros ne soutiennent, ni ne soutiendront d’élections locales, régionales ou nationales.

Ni même rien ayant trait aux traces de pneus qu’est le Spectacle de la culture y compris dans toutes les formes de la contestation moderne qui surtout ne conteste plus rien.

Aucune “manifestation artistique Littéraire, Philosophique, Politicrade » reconnue en tant que telle, happening par exemple ou encore appareils de pouvoir, soutenue par des gens reconnus comme “spécialistes des expressions artistiques professionnelles, et auto-promotionnelles mercantiles”, syndicralistes victorieuses dans “le séparé” ne sauraient donc rencontrer une quelconque estime de notre part .

Dans certains cas elles pourraient même être combattues, tournées en dérision, ridiculisées pratiquement, surtout pour nous divertir un peu, et peut-être même permettre de laisser surgir au jour ce qui veut mordre et  rugir.

Un “membre” qui s’égarerait dans les voies absurdes du putanat intellectuel, politique et artistique » « s’amputerait » ainsi  de facto de sa qualité “d’Incontrolados” et même d’amiE de « nous autres »

Welcome to others

Quelques unEs

l »adresse:

http://www.faicmfsf.org/groups/nosotros-oncontrolados/

PUTAIN DE TOURISTES !!!

J’ai voulu, hier, aller faire un tour au lac du Salagou, histoire de profiter de la terre ocre, du spectacle de cette étendue d’eau et du soleil chaleureux enfin revenu.

 

A peine arrivé, en fait de nature, j’avais face à moi une file ininterrompue de gros culs, d’escargots estivaliers même pas comestible, de ces retraités attendant avec impatience le 1er juillet pour se coller touche-touche le long des plages et des lacs, dans leur maison à roue payés une fortune à crédit, pour se rappeler le bon vieux temps ou ils se traînaient dans les bouchons pour oublier qu’ils ne vivaient pas.

 

Demi tour et grosse colère, surtout que j’avais fait ce chemin pour tenter d’oublier d’autres cons, habillés de blancs, coiffés de chapeaux ridicules et arborant fièrement le chiffon rouge du sang des bêtes qu’ils aiment voir torturer (cf l’article d’hier…) ! Me voilà servit ! J’échappe à une race de cons pour tomber sur d’autres pas mieux, avides de remplir les grands espaces libres pour les polluer visuellement et de leurs papiers gras jetés négligemment partout…

 

Encore un article, quoi ! Et puis, voilà qu’au retour, je mets le scud d’Edouard Nenez et les Princes de Bretagne ! Et là, j’me dis qu’ça fait longtemps que je vous ai pas fait profiter de la musique que je laissais souvent ici ! Alors autant faire d’une pierre deux coups, avec ce magnifique titre qu’est « connards en camping-car », résumant bien mon humeur !

 

Alors, hop, v’là du lourd !

 
josh
 

OLÉ…VIVA! VIVA….SINISTRES REJOUISSANCES DE CHAROGNARDS !!!

11 août, comme tous les ans,

début aujourd’hui

de la grande fête à la torture bovine à Béziers.

Encore une année à supporter cette saloperie, pendant laquelle un guignol enrubanné et enpeinturluré d’or captant sur ses habits une lumière qu’il n’aura pas même  dans la tête ou bien dans son œil  torve jouera à « saute taureau » avant de lui planter, pour le plaisir des dindes emperlousées et émoustillées  mouillant leurs siège devant le spectacle du sang et pour celui de gros cons avinés hurlant au sacrilège quand on leur parle de mouton avant de retourner à leurs traditions instaurées par Napoléon Le Petit pour plaire à mémère, une épée effilée  dans les flancs.

Mais bordel, qu'y a t'il de "beau" là dedans ???

Si le trop plein d’alcool fait vomir ces immondes crétins jouissant uniquement aux spectacles du cirque et de l’atroce, moi, c’est leur connerie, que je trouve gerbante !

Si encore, les trop rares fois où le taureau envoyait  leur vedette ad pâtrès on lui, à El Toro, pas au guignol, offrait les oreilles et la queue (quoi que les attributs seraient ridicules, à son regard), mais non, même pas !

Seul le toréro aura le droit au rappel que s’il a, aux yeux des salopes et salops amateurs de chair, été vaillant, la taille de sa queue est ridicule comparée à celle de son adversaire et que « les cojones » qu’il pense avoir ont disparu, trop serrées dans ces affligeants calbuts moulants, même si elles non plus n’auraient pas fait le poids…

Je hais la corrida, presque autant que le foot sur TFMerde, sauf que, là, si le perdant était embroché, au moins y verrais-je un peu de bonheur !

J.

Le jour du 14 juillet ….

Le jour du 14 juillet …..

Previous Older Entries